Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

 

Guerre d'Algérie, la déchirure

 

Berlin 1885, La ruée sur l'Afrique

 

Afrique 50

 

Le dessous des cartes - Les mémoires du racisme

 

Les enfants du blanc

 

L'autre 8 Mai 1945 - Aux origines de la guerre en Algérie

 

Qui a volé l'épée du Roi des Belges ?

 

Bons baisers de la colonie

 

Quand l'Algérie était française 1830-1962

 

En 50 ans : Le Katanga (1958)

 

Oubliés et trahis

 

Algérie : Une guerre sans images

 

Afrique(s), Une autre histoire du 20e siècle Acte 1 (1885-1944) - Le crépuscule de l'homme blanc

 

Le roi blanc, le caoutchouc rouge, la mort noire

 

Les Zoo humains - Paris-France (2003)

 

La France au temps des Colonies

 

Lumumba : La mort du prophète

 

L'assassinat de Patrice Lumumba

 

Africa - La Bible et les fusils

 

Africa, le Grand partage

 

Africa - Le Pouvoir, le Commerce et le Coran

 

 

 

 

 

Les Européens sont longtemps restés aux frontières de l’Afrique, sur les côtes océanes, ne s’aventurant pas à l’intérieur des terres, mis à part quelques aventuriers audacieux. Ce n’est qu’à partir de la fin du XIX° siècle qu’ils s’engagent dans la conquête territoriale du continent. Si en 1880, à peine un dixième du continent noir était sous contrôle européen, vingt ans plus tard, seuls l’Ethiopie, le Maroc (conquis en 1912) et le petit Libéria y échappaient. Entre temps, les puissances occidentales se sont entendues lors de la conférence de Berlin (1884-1884) sur la répartition du gâteau. Des facteurs liés aux avancées techniques et au contexte économique de l’époque expliquent cette nouvelle étape des relations Europe-Afrique au tournant des années 1880.

Techniquement, les maladies tropicales ne représentent plus un obstacle insurmontable pour les Européens: l’usage de la quinine permet de résister au paludisme, et d’autres médicaments et vaccins rendent désormais possible leur séjour prolongé à l’intérieur des terres africaines. Des innovations en matière d’armement, notamment avec le développement d’armes légères, mobiles et semi-automatisés (canons à répétition) donnent un avantage militaire décisif aux forces européennes, particulièrement dans les batailles à découvert. Enfin, l’invention du télégraphe permet de mieux connecter les postes avancées de leurs bases arrière sur les côtes océaniques ou en métropole. Concrètement, les troupes européennes resteront peu nombreuses durant cette phase de conquête, les états-majors occidentaux s’appuyant principalement sur des auxiliaires autochtones, issus d’ethnies anciennement marginalisées ou souhaitant tout simplement bénéficier des retombées de pouvoir de la nouvelle puissance du moment, au détriment des anciennes.

Mais au-delà de ces aspects techniques, c’est un nouveau contexte économique international qui incite à la colonisation. La décennie 1880 marque une nouvelle phase de l’industrialisation de l’Europe et, au-delà, un nouveau chapitre de l’histoire du capitalisme global. La mécanisation de l’industrie du textile arrive à maturité et cette industrie doit se trouver de nouveaux débouchés commerciaux ; les machines à vapeur permettent de nouveaux gains de productivité, et l’agriculture commence aussi à utiliser des machines qui diminuent les besoins en main d’œuvre. Les grandes plantations d’Amérique n’ont plus autant besoin d’esclaves qu’auparavant. L’économie est en pleine mutation, ce que reflète la confrontation brutale de la guerre de Sécession aux Etats-Unis, entre un Nord industrialisé qui cherche avant tout de nouveaux débouchés pour ses produits et un Sud rural et pro-esclavagiste. L’Afrique est amenée à jouer un rôle nouveau dans cette évolution du contexte économique global. Elle doit tout d’abord être un fournisseur régulier et important de matières premières pour les industries des pays occidentaux. La baisse de la production américaine de coton pour cause de guerre de Sécession se trouve ainsi suppléée par la production égyptienne, évitant à l’économie mondiale de se gripper. Les matières premières agricoles et minérales du continent africain alimentent les besoins monstrueux de l’économie industrielle occidentale. Les terres agricoles africaines sont converties à des monocultures d’exportation qui perturbent dangereusement l’équilibre écologique et alimentaire des populations locales.

Les échanges ne se font pas que dans un seul sens et le continent noir devient un marché parmi d’autres de l’industrie européenne où sont vendus des produits textiles, les outils mécaniques et différents accessoires manufacturés symboles de la « way of life » occidentale. C’est l’âge d’or des grandes compagnies commerciales européennes dans le monde, les « compagnies des indes ». Plusieurs s’implantent durablement en Afrique : c’est le cas par exemple de la Compagnie française pour l’Afrique Occidentale, fondée en 1887 par des commerçants marseillais et qui existe toujours de nos jours avec un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d’euros. Côté anglophone, la British South Africa Company fondée en 1888 par Cecil Rhodes, s’imposa rapidement comme un intermédiaire incontournable des relations entre le Royaume-Uni et ses colonies au Sud du continent. Ces compagnies commerciales coloniales organisent concrètement les échanges entre les produits africains exportés en Europe et les produits industriels européens vendus en Afrique. Pour ce faire, elles s’appuient sur un réseau de comptoirs et de représentants commerciaux sans nul autre pareil, et sur des moyens de transport des marchandises (rails, bateaux, pistes routières) et de télécommunication (télégraphe) qu’elles financent parfois sur fonds propres. Au final, elles dégagent de très confortables bénéfices, d’autant plus qu’elles sont souvent en situation de monopole ou de duopole.

Comme à l’accoutumée, l’Afrique s’inscrit dans une dynamique globale qui voit les sociétés agraires complexes violemment intégrées à un système capitaliste global dominé par les puissances d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord qui captent l’essentiel de la plus-value sur les échanges commerciaux et industriels mondiaux. Ces échanges ne relevaient d’ailleurs souvent plus du registre du commerce mais de celui du pillage pur et simple. A la fin du XIX° siècle, des régions comme la Chine, l’Inde, l’Indonésie, les pays du Proche et Moyen Orient, vivent toutes plus ou moins une situation de domination similaire à celle que subissent les pays africains. Mais bien que le cadre général soit le même, il existe bien entendu des spécificités propres aux expériences historiques de colonisation de l’Afrique par le Royaume-Uni, la France, le Portugal, la Belgique et dans une moindre mesure l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas. Au sein même du continent africain, la colonisation a pris des colorations très différentes suivant les spécificités régionales et les hasards du destin, qu’ils soient heureux ou malencontreux.

La France était ainsi réputée privilégier un contrôle direct des territoires sous son imperium, à savoir un énorme bloc de cinq millions de km² d’un seul tenant en Afrique de l’Ouest (l’Afrique occidentale française, AOF) et un territoire de 2,5 millions de km² en Afrique équatoriale (Afrique équatoriale française, AEF) regroupant les actuels Gabon, Congo-Brazzaville, Tchad et Centrafrique. Au total, ces deux territoires coloniaux représentaient 14 fois la taille de la France. A l’échelle de ces régions d’Afrique, il s’agit de regroupements territoriaux d’une ampleur rarement égalé dans l’histoire. Les autres zones de domination française en Afrique comptaient le protectorat du Cameroun, du Maroc, de la Tunisie, la départementalisation de l’Algérie, ainsi que les colonies françaises de l’Océan indien (Madagascar, les Comores) et le petit territoire de Djibouti sur la Mer Rouge. Mis à part les protectorats, dont le principe est de laisser les autorités traditionnelles en place gérer les affaires courantes du territoire, la France a privilégié la gouvernance directe et la vassalisation ou l’élimination des autorités autochtones traditionnelles. Le rôle de l’administration coloniale est d’étendre et de renforcer le contrôle militaire des colonies, de protéger les ressortissants de la métropole, d’épauler parfois le travail de « civilisation » des missionnaires, mais surtout de faciliter l’exploitation économique menée par les grandes compagnies commerciales. Pour ce faire, de grands travaux d’infrastructures sont menés et construits à la main par la mobilisation forcée des autochtones, au prix de la vie de nombre d’entre eux. Ces tronçons de rail (le Dakar-Niger passant par Bamako et Koulikoro ; le Conakry-Kankan ; le Congo-Océan reliant Brazzaville à Pointe-Noire), ces routes et les ports qui leur servent de débouché (principalement le port de Dakar et de Pointe-Noire) sont créés dans la seule optique de faciliter les circuits de l’économie de traite, c'est-à-dire la sortie des matières premières et de la production agricole africaine.

En 1930, les quelques 20 millions d’Africains de l’AOF et de l’AEF ont le statut de « sujets français », et non celui de citoyens, réservé seulement à deux mille cinq cent Africains originaires de quatre communes sénégalaises (Saint-Louis, Dakar, Rufisque, Gorée). Ces « sujets français » sont corvéables à merci et soumis à l’impôt de capitation (impôt par tête), qui devait être versé en argent, ce qui obligeait les populations à effectuer des échanges monétarisés. En cas de non paiement de cet impôt, ce qui était fréquent, le contribuable récalcitrant pouvait être soumis à des travaux forcés particulièrement pénibles voire à des peines punitives corporelles. L’administration coloniale française était épaulée dans toutes ses tâches par des auxiliaires africains, ce qui permettait au faible nombre de colons présents sur le territoire d’asseoir concrètement leur pouvoir.


Emmanuel Leroueil

 

 

Sources : http://terangaweb.com/histoire-de-la-colonisation-de-lafrique-1-le-contexte/

 

 

Pour visionner les vidéos, cliquez sur les liens en haut de la page 

Partager cette page

Repost 0